X En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statisques de visites.
Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez-consulter notre politique.
La crémation > Un peu de technique

Un peu de technique

Sécurité : pacemaker et radio-éléments


Pour des raisons de sécurité lors de la crémation (risque d’explosion), la famille doit signaler au médecin qui constate le décès, qu’elle désire une crémation. Le médecin devra alors préciser sur le certificat de décès que le défunt n’est pas porteur d’une prothèse cardiaque (pacemaker) ou renfermant des radio-éléments. En l’absence de ce document, la crémation ne pourra pas avoir lieu.

L’introduction dans l’appareil de crémation


Cette opération est réalisée exclusivement par le personnel du crématorium.

Au moment de la mise en bière, un policier va venir apposer un scellé sur le cercueil au moyen d’un cachet de cire. Après cela, il sera impossible de le rouvrir. C’est ce cercueil qui, toujours fermé, sera introduit dans l’appareil de crémation. Pour des raisons techniques, l’introduction se fait relativement rapidement moins de 20 secondes). La crémation démarre spontanément dans l’appareil dans les minutes qui suivent.

Temps de crémation et remise de l’urne


La durée d’une crémation est d’environ 90 minutes pour une personne "moyenne". Le délai de remise des cendres minimum est donc de 2 heures pour tenir compte du refroidissement et de la pulvérisation.
Le temps de crémation peut être bien plus long en fonction de la corpulence du défunt. Dans ce cas, le délai de remise des cendres s’en trouve augmenté.

Appareil de crémation


L’appareil de crémation est constitué d’une structure métallique entourant une masse de briques réfractaires de plusieurs tonnes. C’est la chaleur accumulée dans la brique réfractaire qui provoque la crémation par auto combustion pendant la première heure sans qu’il soit nécessaire de faire fonctionner les brûleurs. Les installations du crématorium sont régies par les articles D2223.99 à D2223.109 du CGCT (Code général des collectivités territoriales).

Que sont les cendres de crémation ?


Ce que l’on nomme “les cendres” est en réalité la partie calcaire des os qui subsiste après la crémation. Dans la pratique, la crémation se déroule à une température de 850°. Le bois du cercueil, les vêtements, les chairs, tout est transformé en gaz ou en poussières qui s’envolent dans les fumées. Ceci explique que, pour les enfants de moins d’un an dont les os sont encore peu calcifiés, il ne subsiste pratiquement aucun reste à la suite d’une crémation complète.
Pour les adultes, ce que l’on retrouve dans l’appareil est constitué des restes calcinés des os qui se présentent sous forme de fragments plus ou moins importants mais reconnaissables : on peut ainsi bien distinguer les différents types d’os. Ce sont ces ossements qui étaient disposés dans des urnes cinéraires dans la tradition grecque ou latine et même à l’époque moderne au début du XXe siècle.

Pulvérisation des cendres


La réglementation française prévoit, depuis 1976, la pulvérisation de ces os pour en faire une poudre. Cette obligation récente n’est pas une tradition culturelle mais une pratique facilitant la dispersion. Elle ne se justifie pas vraiment lorsque l’on pratique l’inhumation des cendres ou le dépôt en cases de columbarium. Elle est même pénalisante pour les populations issues du Sud-est asiatique qui souhaitent pouvoir garder certains os intacts.

Le crématorium du Père Lachaise : un site pilote pour la protection de l’environnement


Comme tous les crématoriums, le crématorium du Père Lachaise est soumis à la réglementation française. Dans le cadre de sa politique de développement durable, la Ville de Paris a décidé d’aller très au-delà, en installant des dispositifs de filtration innovants et extrêmement performants, qui permettent d’atteindre des normes qui ne seront pas obligatoires en France avant 2015.
Sont notamment traités les rejets de mercure provenant des plombages, les dioxines, les émanations acides, les composés organiques volatiles et les particules fines (poussières).
Ainsi, le plus ancien crématorium de France est devenu le plus écologique. Notre engagement en faveur de l’environnement est reconnu dans le cadre de la certification ISO 14001, délivrée par l’AFNOR Certification.

La récupération de la chaleur


Pour filtrer les fumées, celles-ci doivent être refroidies de 900°C à 200°C environ. L’énergie de ce refroidissement est utilisée, en partie, pour le chauffage, au lieu d’être dissipée dans l’atmosphère, au risque d’aggraver l’effet de serre. Le crématorium a opté pour cette solution après une démarche éthique réfléchie.

La récupération des métaux


De plus en plus de personnes crématisées sont porteuses de vis, clous, plaquettes, prothèses (hanches, genoux), etc. Ces éléments sont constitués de métaux rares ou précieux (titane, par exemple), qui étaient, auparavant enterrés dans les cimetières ce qui était un gâchis outre la pollution que cela occasionnait.
Depuis 2003, les crématoriums du Père Lachaise et de Champigny-sur-Marne font appel à un collecteur spécialisé qui recycle ces métaux et verse, en retour, une redevance. Cette somme était intégralement reversée à trois associations pour leurs œuvres au bénéfice des familles en deuil : Vivre son deuil, Le collectif des morts de la rue et l’Association nationale crématiste.
Depuis 2011, afin de soutenir des projets émanant d’autres organismes, l’intégralité des sommes perçues est reversé à la Fondation Services Funéraires – Ville de Paris. Son objet est de de financer des associations, des chercheurs, des actions qui œuvrent pour le soutien des familles en deuil, les obsèques des indigents et des personnes dépourvues de ressources suffisantes et effectuent des recherches et des études sur le deuil, les obsèques et le funéraire en général.
Là encore, cette demande s’inscrit dans un cadre éthique et responsable sur le plan de l’environnement.
Les chercheurs, associations (…) peuvent soumettre des projets et demander des subventions à la Fondation. Ceux-ci seront examinés par le comité exécutif de la Fondation et soumis au vote.
S’agissant des associations, les projets doivent concerner essentiellement le deuil et le soutien aux personnes endeuillées.
S’agissant des projets de recherche, les cinq axes privilégiés sont :
-      Pratiques Funéraires et Ecologie.
-      La mort périnatale,
-      Les morts sans corps (disparitions, dons du corps, etc.),
-      Les rites funéraires.
-      Le deuil.

Fondation Services Funéraires – Ville de Paris
2 rue de Bellevue – 75940 Paris cedex 19
Tél. : 01.53.38.16.26
E-mail : fondation@servicesfuneraires.fr

Performances environnementales


Les dispositifs de filtration des fumées émises par les appareils de crémation du crématorium permettent d’obtenir des performances environnementales remarquables.
 
Les dernières analyses des rejets des effluents atmosphériques ont été réalisées au crématorium du Père Lachaise en novembre 2015. Cette campagne a été menée par l’organisme de contrôle BUREAU VERITAS, accrédité COFRAC disposant de toutes les habilitations et certifications nécessaires pour la réalisation de ces analyses.
 
Le tableau ci-dessous reprend les données constatées :
 
POLLUANTS SYMBOLES EXIGENCES ACTUELLES* EXIGENCES FUTURES** DERNIERES ANALYSES DU PERE LACHAISE***
POUSSIERES   < 100 mg / Nm3 < 10 mg / Nm3 3.01 mg / Nm3
MONOXYDE DECARBONE CO < 100 mg / Nm3 < 50 mg / Nm3 23.5 mg / Nm3
OXYDES D'AZOTE NOx < 700 mg / Nm3 < 500 mg / Nm3 366 mg / Nm3
COMPOSES ORGANIQUES VOLATILES COV < 20 mg / Nm3 < 20 mg / Nm3 3.32 mg / Nm3
ACIDE CHLORHYDRIQUE HCL < 100 mg / Nm3 < 30 mg / Nm3 4 mg / Nm3
DIOXYDE DE SOUFFRE SO² < 200 mg / Nm3 < 120 mg / Nm3 16,8 mg / Nm3
MERCURE HG   < 0,2 mg / Nm3 0,016 mg / Nm3
DIOXINES ET FURANES  PCDD et PCDF   < 0,1 ng / Nm3 0,00714 ng / Nm3

*arrêté du 25 avril 1995
**arrêté du 28 janvier 2010 applicable le 29 janvier 2018
*** maximum des moyennes des analyses des deux lignes de filtratiion des fumées, ouest et est.

Le rapport d’analyse complet est disponible via le lien suivant : emis-2835260.pdf